Ville de Poussan

Poussan, village languedocien, est situé sur le tracé de la Via Domitia entre garrigue et étang. Le territoire poussannais présente une occupation continue depuis l'antiquité, riche de plusieurs villas gallo romaines. Etymologiquement, Poussan viendrait du nom d'un des propriétaires de domaines romains : Porcius. On trouve pour la première fois dans les textes le terme de Porcianus, en 960. C'est à partir du Xe siècle que nous avons mention de l'existence d'une église Saint Pierre de Poussan et d'une tour, ancêtre du château. Ces deux éléments du pouvoir, attirent alors l'habitat, et le village voit le jour, autour ce binôme. L'église et le château, éléments fondateurs du village, forment le noyau central du premier habitat et s'entoure d'une première enceinte. Avec la croissance démographique, au XIVe siècle, une seconde enceinte est construite afin d'englober les nouveaux quartiers. Au Moyen Age, Poussan connaît la prospérité malgré les épidémies, les guerres et les crises économiques que connaît le Languedoc. L'époque contemporaine voit l'agglomération sortir de ses murs et les habitations s'installer le long des voies d'accès plus larges autour des remparts. Aujourd'hui, Poussan compte près de 6 200 habitants.

Vue aérienne du village
 
Contacts

SERVICE PATRIMOINE DE LA CCNBT
Villa Loupian
RD 158 E4
34140 Loupian
Tél. 04 67 18 68 18
villaloupian@ccnbt.fr
http://villaloupian.free.fr

Documents à télécharger

Suppléments du Bulletin Municipal "les petites histoires poussannaises"

Petite histoire poussannaise N° 1

Petite histoire poussannaise N° 2

Petite histoire poussannaise N°3

Le centenaire des halles (pdf, 1.6 Mo)
 
 

Petite histoire poussannaise N°4

Les oiseaux de Poussan- I (pdf, 886.7 ko)
 
 

Petite histoire poussannaise N°5

 
 

Petite histoire poussannaise N°6

 
 
Site des archives départementales de l'Hérault Fonds d'archives numérisées par commune.
 
 
Visite commentée du village

Eglise St Pierre (960)

Eglise St Pierre

Plusieurs édifices successifs avec le vocable St Pierre ont sans doute été installés à cet emplacement depuis 960. L'église qui domine aujourd'hui le village a été construite à partir de 1844. Elle a été reconstruite sur l'ancien cimetière et sur les fondations agrandies d'une ancienne église gothique qui avait été consacrée en 1496. La première église mentionnée en 960 était certainement romane, et on peut peut-être voir le "fantôme" de cette dernière dans la maison à droite de la première mairie. De la précédente église gothique du XVe siècle, il ne reste que très peu d'éléments, elle a été détruite quasi totalement lors de sa reconstruction au XIXe siècle. Ce qu'il en reste : le clocher qui a été dénaturé par d'innombrables réparations et qui ne garde d'origine que sa base.

 

Église Saint Vincent de Jonquières (Xème siècle)

Église Saint Vincent de Jonquières

Située à proximité du péage d'autoroute, elle est aujourd'hui en ruine. Elle aurait accueilli en 909 un concile des évèques. En 1090, elle est cédée aux bénédictins de la Chaise Dieu. Les huguenots l'incendièrent et la pillèrent en 1560, elle est signalée en partie ruinée en 1672. Certains éléments ont été réutilisés dans des constructions plus récentes.

 

Château Montlaur (990)

Château Montlaur

Le château tient son nom de la famille Montlaur qui prend possession de la seigneurie en 1210. C'est l'élément fondateur du village avec l'église St Pierre. Le château présente un plan en U avec une cour centrale dans laquelle se trouvait probablement un puit. De nombreux remaniements ont altéré les corps de bâtiments. Aujourd'hui, on trouve dans l'aile droite une salle voûtée que les sœurs St Charles ont réaménagé en chapelle au XIXe. Nous y avons retrouvé il y a peu des fresques intéressantes datant du XVIe siècle. Les tourelles d'angle ou poivrières semblent dater du XVIIe. À l'origine, le château en possédait une dans chaque angle, les deux encore conservées présentent un travail de sculpture élaboré.

 

Presbytère (1333)

Ce bâtiment de style gothique a été construit entre 1333 et 1343. A l'origine, c'était un prieuré bénédictin, l'édifice a été reconstruit entre 1861 et 1863 avec les matériaux de démolition mais n'a pas été reconstruit à l'identique.

Les Remparts (1340)

Le dernier mur à bossage visible du rempart se trouve derrière l'église sur 160 mètres et date d'environ 1340. Partout ailleurs, les remparts sont masqués par les habitations du XlXème.

Le Portalet (XIVème siècle)

Le Portalet

Cette porte, qui remplace une ancienne porte probablement romane a été reconstruite en 1652 sur décision seigneuriale. Cet édifice de style néoclassique rappelle les bâtiments administratifs du XVII et XVIIIème siècle notamment avec son fronton triangulaire.

 

Porte Notre Dame (XIVème siècle)

Cette porte date probablement du XIVème siècle, en revanche la porte en plein cintre et la bretèche semble plus récentes (XVI ou XVII siècle).

Porte de la Ferrage (XIVème siècle)

Date de la même époque que les deux précédentes portes, mais a subit de nombreux remaniements et il est difficile aujourd'hui d'en deviner l'aspect primitif.

Château Malbois (1330)

Château Malbois

La construction du bâtiment démarre au XlVe siècle et comprend plusieurs étapes. Les éléments conservés de cette première phase sont le portail en tiers point, orné de moulures et de croisillons, avec pierre de blason, surmonté d'une bretèche sur arc mouluré en plein cintre porté par des culots figurés, ainsi que la tourelle polygonale (abritant un escalier) immédiatement à droite à l'angle du bâtiment. Les travaux de confort et de raffinements des espaces intérieurs interviennent au cours du XVe en style gothique flamboyant: galeries de communications entre les espaces, décors moulurés, plafonds en bois à caissons peints, fenêtres à meneaux, cheminée monumentale... Aux XVIe et XVIle siècles les aménagements font apparaître une spécialisation des espaces: en rez de chaussée, pièces de service, les salles sont transformées en cave ou en magasins et à l'étage, partie noble, on y trouve appartements, et salle d'apparat. A la fin du XVIIe siècle, l'installation de pilastres et d'entablement corinthiens autour des baies transforme la façade en un ensemble exceptionnel pour la région. La salle Vinas : elle appartient à la phase de construction du XVe siècle. Probablement s'agit-il de la salle d'honneur. Elle présente un plafond en bois à caissons peints remarquablement bien conservés, proche du style que l'on peut observer à la maison de Jacques Cœur à Montpellier (Musée Languedocien).

 

Chapelle des Pénitents Blancs (XVI - XVIIème siècle)

Chapelle des Pénitents Blancs

La chapelle a été construite en 1656 (d'après une plaque commémorative de 1844 retrouvée dans la nef). La façade est de style classique, assez sobre avec des ouvertures hautes. Seul l'encadrement de la porte, qui n'est d'ailleurs pas monumentale, est travaillé. Il est orné de pierres taillées en pointe de diamant et surmonté d'une niche sculptée d'une coquille qui accueillait à l'époque une statue de la vierge.

 

Château de la Garenne (XVIIème)

Château de la Garenne

Sa construction au sud du village commença en 1680, comme résidence temporaire de Jacques de Tournesy, conseiller à la cour des Aydes de Montpellier. La façade présente un corps central encadré par deux massifs plus haut évoquant des tours.

 

Maison Languedocienne rue Sadi Carnot (XVI - XVIIème siècle)

Maisons renaissance, avec, au rez de chaussée, une pièce voûtée à usage artisanal ou agricole, à côté une porte s'ouvre sur un escalier droit menant aux habitations. Au 1er étage, on trouve les pièces de vie avec des fenêtres à meneau. Au 2ème étage, sous les combles, se trouve le grenier. Autre caractéristique de ces maisons, ce sont les éviers en saillie avec les traces des évacuations d'écoulement.

Rue Gambetta (du XVI au XIXème siècle)

Jusqu'au XIXème siècle, c'était la rue marchande du village. On y trouvait des échoppes et les marchandises étaient exposées sur les rebords des fenêtres (c'est pourquoi elles sont basses).

Statue de Marianne (XIXème siècle)

Statue en fonte érigée boulevard du riverain, en 1889 pour célébrer le centenaire de la révolution française, fondeur L. Gasne.

Les Halles (1905)

Les Halles

Au milieu du XlXe siècle, arrive en France la grande mode des travaux métalliques. À Poussan, en 1905 on décide la construction de ces halles, inspirée des halles de Sète construite en 1889, sur le style du pavillon Baltard. On fait appel à l'architecte Jarre. La construction s'achève en 1907. Côté architecture, on trouve une charpente en poutrelles de fer qui repose sur des piliers en fonte et qui supporte une couverture en zinc. Les parois ajourées reposent, elles, sur des murs de brique.

 

Monument aux morts (1920)

Érigé au cimetière, à la demande des familles des victimes de la grande guerre, le monument aux morts est en pierre taillé et représente une femme soutenant un soldat mourant. Sculpteur : J .M.J. Magrou.

1ère Mairie

Maison consulaire aménagée en 1496 lors de la reconstruction de l'Église Saint Pierre, ce bâtiment est attenant à l'Église actuelle

2ème Mairie

Sa construction au dessus de la porte de la Ferrage est décidée en 1704 et inaugurée en 1713. La monumentale porte d'entrée sur l'actuelle place de l'hôtel de Ville est de style Louis XIV.

3ème Mairie

Les travaux d'aménagement de l'immeuble Caussel abritant l'hôtel café restaurant du commerce débutent en 1934 et l'inauguration en 1936. La Mairie déménagera en 1992 pour son emplacement actuel.

 

Navigation

Diaporama
haut de page

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous permettre de partager du contenu via les boutons de partage de réseaux sociaux et pour nous permettre de mesurer l'audience. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

x